TRUMA: chauffe-eau mobile BS 10 et 14: Le chauffe-eau Truma a fait ses preuves pour le confort de l'eau chaude comme à la maison. L'appareil à gaz performant pour les besoins importants en eau chaude, indépendamment du réseau électrique. 
Loading

Pourquoi Java ?

Téléchargement gratuit de Java

Pour Windows

1 - Vraiment compact ( 35x35x26 cm) et plutôt léger (6,7 kg), le chauffe-eau TRUMA B10 consomme peu de gaz grâce à un rendement de combustion de près de 95% et une forte isolation thermique !

2 - Sur cette coupe DAO, on distingue bien dans la cuve en acier inox: l’arrivée d’eau froide en bas, la résistance électrique centrale de 850 w (en option) et la sortie de l’eau chaude supérieure. Notez le brûleur central dans la partie inférieure alimenté en air frais (en bleu, l’oxygène obligatoire ! ), la section cheminée en jaune et même le petit tuyau d’évacuation de l’eau de condensation de la combustion…

Menus

 TRUMA: chauffe-eau mobile BS 10 et 14. Le chauffe-eau Truma a fait ses preuves pour le confort de l'eau chaude comme à la maison. L'appareil à gaz performant pour les besoins importants en eau chaude, indépendamment du réseau électrique. 

REMPLACEMENT D’UN CHAUFFAGE

 Un reportage: EspritCamping-Car n° 29

UN MYSTERE NOMME TRUMA

REMPLACEMENT D’UN CHAUFFAGE: Pour nos camping-car, les fabricants ont réussi à miniaturiser tout ce qui fait le confort de votre maison habituelle ! Dans le cas qui nous occupe aujourd’hui, TRUMA ont fait homologuer les chauffe-eau BS 10 et 14 par le DVGW et ces appareils satisfont aux autres directives CE pour les appareils à gaz liquéfié ( propane ou butane ). Grâce par leur puissance de chauffage nominale de 1500 W, ils sont capables de chauffer 10 ou 14 litres d’eau en réserve de 15° à 70° en respectivement 25 minutes ou 30 minutes. Du côté des consommations, comptez 120 grammes par heure de gaz détendu à 30mbar ( ou 50 mbar selon le réglage en usine indiqué ), 0,08 A en chauffe et 0,04 A sous 12 V en veille. En option, un thermoplongeur électrique de 850 W sous 230 V viendra épauler ou remplacer l’alimentation en gaz lors de l’escale.

Pour nos camping-car, les fabricants ont réussi à miniaturiser tout ce qui fait le confort de votre maison habituelle ! Dans le cas qui nous occupe aujourd’hui, TRUMA ont fait homologuer les chauffe-eau BS 10 et 14 par le DVGW et ces appareils satisfont aux autres directives CE pour les appareils à gaz liquéfié ( propane ou butane ). Grâce par leur puissance de chauffage nominale de 1500 W, ils sont capables de chauffer 10 ou 14 litres d’eau en réserve de 15° à 70° en respectivement 25 minutes ou 30 minutes. Du côté des consommations, comptez 120 grammes par heure de gaz détendu à 30mbar ( ou 50 mbar selon le réglage en usine indiqué ), 0,08 A en chauffe et 0,04 A sous 12 V en veille. En option, un thermoplongeur électrique de 850 W sous 230 V viendra épauler ou remplacer l’alimentation en gaz lors de l’escale.

Grâce à sa compacité, le chauffe-eau est dissimulé sous l’une des banquette de la dînette. Le tableau de commandes déportées est aussi simple qu’efficace puisqu’il comprend un témoin de marche arrêt et un secteur de température d’eau à 50° ou 70°. Les présentations étant faites, voyons de quoi se plaint ce nouveau client…

Suite à une longue période de non utilisation du camping-car garé hors d’un abris et sans poser le capot de cheminée, le chauffe-eau BS 10 refuse obstinément de redémarrer : le témoin rouge du tableau de bord le confirme ! Jérôme constate immédiatement le défaut malgré la présence d’électricité et de propane: on entend bien les « tic-tic«  des étincelles d’allumage et le « clac » de l’électrovanne du gaz mais pas le bruit grave de la combustion habituelle.

 

Après quelques questions judicieuses posée au client, il va inspecter la plaque extérieure où le cache de la cheminée, de l’admission et de l’évacuation de l’eau de la combustion n’a pas été mise en place durant ce long stockage sous la pluie : l’aluminium du système est fortement oxydé sans compter les classiques nids de guêpes et autres cocons qui se logent dans les cavités. Une bonne piste à explorer après avoir ôté les six vis du cache en plastique pour le déposer.

Malgré un bon nettoyage à la brosse et le passage d’un puissant pistolet à air dans les 3 orifices extérieur, le problème persiste… Alors Jérôme doit déposer le chauffe-eau pour le tester en atelier. Pour cela, il va déconnecter la bouteille de gaz puis dévisser les quatre dernières vis pour décoller le cadre en aluminium. Ce dernier a été monté en usine avec un mastic joint afin d’assurer son étanchéité.

TRUMA B10 : Malgré un bon nettoyage à la brosse et le passage d’un puissant pistolet à air dans les 3 orifices extérieur, le problème persiste…Pour cela, il va déconnecter la bouteille de gaz puis dévisser les quatre dernières vis pour décoller le cadre en aluminium.

Revenons dans la cellule pour le reste du démontage : Jérôme ôte les coussins de la banquette de la dînette puis dévisse les coffres, l’équipement des vides sanitaires sur les camping-car. Sous ces couvercles en bois, dans l’angle, on découvre enfin le chauffe-eau.

Passons à l’étape suivante de la dépose du chauffe-eau récalcitrant: Jérôme dévisse le capot triangulaire des branchements électriques puis le grand capot rond supérieur. Ensuite, il déconnecte l’arrivée du gaz ( clef à fourche de 14 et de 17) puis les fils d’alimentation et de la commande. Enfin, on peut dévisser l’arrivée d’eau froide (en bleu) et le départ de l’eau chaude (en rouge) sans oublier de purger les 10 litres d’eau du chauffe-eau. Encore quelques vis et l’ensemble pourra être extrait…

Ensuite, il déconnecte l’arrivée du gaz ( clef à fourche de 14 et de 17) puis les fils d’alimentation et de la commande. Enfin, on peut dévisser l’arrivée d’eau froide (en bleu) et le départ de l’eau chaude  (en rouge) sans oublier de purger les 10 litres d’eau du chauffe-eau. Encore quelques vis et l’ensemble pourra être extrait…

A présent le chauffe-eau est amené sur le banc d’essais de l’atelier SAV pour des test complémentaires…Jérôme y dispose d’une arrivée de gaz, d’un système de commande et de tous les outils nécessaires au diagnostic.

Grâce à la commande, Jérôme tente à nouveau de démarrer le chauffe-eau en observant de près le brûleur: pas de flammes donc le problème nécessite la dépose de l’électrovanne et du bec de sortie du gaz: cette dernière se révèle terriblement oxydée !

A présent, il s’agit de nettoyer soigneusement tous ces éléments et en particulier le fameux bec de sortie du gaz. Sur l’établit, le remontage est rapide et les essais sont concluants: la panne est résolue !

Le remontage se fait exactement à l’inverse et Jérôme en profite pour redresser le cadre de sortie en aluminium avant sa repose avec le mastic d’étanchéité. Bien sur, avant un ultime essai de fonctionnement dans le camping-car, un contrôle d’étanchéité du circuit de gaz est réalisé à l’aide d’une pope qui le met en pression. Ensuite, la remise en route valide la réparation au grand soulagement du client qui doit repartir illico !